Inventaire hebdomadaire #1

Port de Kerroc’h, Ploemeur, 05 août 2021

La photo d’illustration de cet article sera vraisemblablement l’élément le plus contractuel de la semaine passée.

Un billet de semaine de vacances donc, comme un billet avant le « grand saut ».
Peut-être le billet idéal pour partager avec vous un peu de ce qui m’attend dans les mois à venir.

S’il s’agit de m’extraire, au moins pour quelques temps, du circuit du travail salarié, j’avais besoin de m’assurer un certain nombre de points d’appui.
D’abord parce que je ne voulais pas partir seule à l’aventure – je ne connais que trop bien ma capacité à rester enfermée chez moi à lire / réfléchir jusqu’à plus soif – et qu’il me fallait un cadre minimum, au sein duquel je puisse envisager de faire évoluer mes réflexions.
J’ai donc cherché avant l’été des espaces et des projets qui puissent me servir d’ancrage.

Le premier d’entre eux pourrait être vu comme un espace au sens strict du terme, puisque je suis, depuis début juillet, locataire d’un bureau à Saisons Zéro.
Il s’agit à vrai dire de bien plus que cela. Si cela me permet effectivement de bénéficier d’une cellule individuelle où poser mes livres et mes idées, il s’agissait surtout pour moi d’intégrer un collectif, une dynamique et des réflexions, source à la fois d’inspirations et d’échanges.
Si vous êtes dans les parages et avez envie de découvrir le lieu et le projet, je me ferai un plaisir de vous faire visiter. Vous pouvez également suivre la programmation du lieu sur Facebook ou Instagram.

Je souhaitais aussi que mes réflexions puissent être enrichies et étayées par des apports théoriques ne se limitant pas à mes seules lectures. 
À partir de mi-septembre je reprendrai donc une casquette d’étudiante pour suivre le le diplôme universitaire « Économie des communs, intérêt général et gouvernance territoriale ».
Là encore, au-delà de ce que je vais y apprendre, j’attends aussi (surtout ?) les échanges avec les autres étudiant·es, les professeur·es…

Je suis profondément convaincue que ce sont les rencontres que je ferai dans les mois à venir qui vont déterminer la, ou plus vraisemblablement les directions que je déciderai de suivre par la suite.

#Choses lues
Le conflit n’est pas une agression, Sarah Schulmann
Il s’agit en réalité d’un livre en cours de lecture. Mais je peux d’ores et déjà vous dire combien il est percutant, questionnant…
Je crois que c’est la première fois qu’une lecture me pousse à réinterroger aussi profondément un certain nombre d’épisodes de ma vie, le rôle que j’ai pu jouer dans certaines situations…
Je mentirais si je disais que tout ça se fait de manière paisible, c’est peut-être la raison pour laquelle je n’avance pas plus vite. 
J’ai en tout cas l’impression que c’est un de ces livres qui vous transforment.

#Choses vues
#Sale pute, Florence Hainaut et Myriam Leroy
Là encore je prends quelques libertés, puisque j’ai vu ce documentaire à sa sortie, début juin. Mais je ne veux pas manquer cette possibilité de le relayer à nouveau, parce que je crois qu’il faut qu’il soit vu par le plus grand nombre.
Ce documentaire, réalisée par deux journalistes belges, traite du cyberharcèlement. 
Relativement présente sur les réseaux sociaux, j’étais a priori déjà assez sensibilisée. J’ai découvert avec ce documentaire que je ne mesurais rien de l’ampleur, que je ne savais pas de quoi il s’agissait, en fait. 
Il est disponible en replay jusqu’au 04 décembre.

 

 

Vous souhaitez être informé·e des publications ? Inscrivez-vous !
(Une lettre récapitulative envoyée par mois)

Laisser un commentaire